Petit à petit, la propreté s’installe à Tégourou…

la petite MebaRetour à Tégourou, après 3 mois en France, et je retrouve le village inchangé, ou presque …

La sècheresse est très grande et la chaleur quasiment insupportable.

De nouveaux bébés sont accrochés sur le dos des mamans, et, si certains sont terrorisés à l’approche de la toubab, la jolie petite Méba de notre ami Badji éclate toujours de rire lorsqu’elle me voit; il faut dire que sa peau est à peine plus foncée que la mienne.

Changement notable, à l’école, cette fois…

lavage des mains à l\'écoleLors de la réunion de décembre 2007 entre les villageois et Ambaga CODJO, responsable de l’hygiène et de la santé au CAP, Ali, le Directeur de l’Ecole, s’était vu chargé de ces aspects auprès des enfants. A force de renvoyer chez eux les enfants malpropres, la tenue de ceux-ci s’est beaucoup améliorée. Maryam, la nouvelle institutrice a également pris les choses en mains, en lavant directement dans la classe ses petits de 1ère année.

les latrines (très propres)Autre point positif, depuis notre dernière visite, les latrines sont utilisées, surtout par les filles et les petits. Les garçons de 5ème année, semblent avoir davantage de mal à résister à l’appel de la nature et le corps enseignant effectue un nettoyage régulier: le coin est nickel !

Badji assure chaque jour l’approvisionnement en eau, en quantité suffisante pour que les enfants puissent boire, (les précieux bidons ont été abandonnés, dommage pour le folklore !), se laver, aller aux toilettes etc…

Ali a organisé des équipes (filles et garçons en nombre égal) de balayage qui s’acquittent fort bien de leur tâche. Le grand nettoyage de l’école est effectué, également par Badji, 2 après-midi par semaine: le sable, apporté par l’harmattan impose un lavage régulier des sols, des murs et des portes…

Cette fois, pas d’enfants très malades, mais nous avons eu très peur pour le gentil Oumarou , (très bon) élève de 5ème année, qu’une banale et légère blessure au foot semblait mener vers une amputation au niveau du genou. Son oncle avait jugé utile d’enduire la plaie de crottin d’âne additionné de charbon !! Une intervention rapide, des antibiotiques à haute dose lui ont évité l’ostéite et Oumarou devrait vite se remettre, maintenant. Il est pourtant certain qu’un simple nettoyage à l’eau et au savon donne de meilleurs résultats que les matières fécales ou autre beurre de karité brûlant ! Une nouvelle réunion sur l’hygiène et la santé s’impose donc et nous en profiterons pour aborder, une nouvelle fois, le thème « les enfants ne doivent pas se laver dans le marigot » ; puisque les cours dispensés sur l’eau dans le cadre de l’école ne sont suivis d’aucun résultat, il faut, maintenant, essayer de convaincre les parents de faire la police et de les en chasser.

A force de répéter, et d’insister sur les cas d’enfants mis en danger, nous finirons (peut-être) par leur assurer un environnement sain et je compte beaucoup sur eux pour faire évoluer les choses sur ce point.